Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 18:29

tacos.jpg

 

Précédemment dans Tacos & Gacamole : Au manoir de Ramon, qui est le neveu du frère de son propre père, la tension monte entre Rodrigo, qui vient de sortir de prison sous liberté conditionnelle en attendant d'être jugé pour le meurtre présumé de sa seconde femme Gwendoline alors qu'il est en plein divorce d'avec Felicity qui n'est autre que Gwendoline après sa chirurgie esthétique, et Carlita qui ne sait pas que Rodrigo es son frère dont elle est secrètement amoureuse malgré le fait qu'elle soit la fille cachée de Ramon (*voix off* C'est compliqué il faut suivre, BAC+3 obligatoire). En effet, Carlita ne supporte plus le sur-protectionnisme de Rodrigo qui s'inquiète pour elle depuis sa sortie de l'hôpital où les médecins ne savent pas encore pourquoi elle a retrouvé la vue qu'elle avait perdu des suites d'un accident de la route le matin de Noël alors qu'elle essayait de fuir les dealers de drogue du gang "Los Bandidas" dirigé en sous-main par Carmela qui est à la fois sa mère et sa belle-mère.
Le tout se déroulant sous les yeux incrédules et impuissants de Juan Paco Lama et de Chachalita interrompu en plein préparatifs du 13ème mariage de Juan Paco Lama avec Miranda Consuela Gratzielita Juanita Fofana. Chachalita est néanmoins secrètement heureuse de cette interruption, elle qui n'ose pas avouer à Juan Paco Lama qu'elle ne veut pas être son témoin de mariage car elle soupçonne secrètement Miranda Consuela Gratzielita Juanita Fofana d'être la terroriste internationale Capelitas Vilenass, l'auteur des tragiques attentats qui ont touchés la ville de El Pampa Cruz Pueblo qui a couté la vie à 17 personnes et qui a obligé le Centre commercial à fermer ses portes pendant deux semaines mettant en péril l'avenir de la société "Lama cosmétique" dont Juan Paco Lama est le Vice-Président-PDG-Directeur général intérimaire à mi-temps...

 

Chachalita: Laaaaaaaaaamaaaaaaaaa
Juan Paco Lama :Chachaaaaaaaaaaa
Chachalita: Ouiiii c'est mouaaaaa, nooon je n'ai pas changé
Juan Paco Lama : Non moi non plou ché n'ai pas chanché
Chachalita: Tou est touchours cé cheune homme étranger qui mé chantait dé romanches ???
Juan Paco Lama : Julio Lesuiglas sort de ce corps
Chachalita: Han !! yé té chante oune chanson d'amour et toi tou mé réyette
Juan Paco Lama : Mé yé té réyette pas dou tout !!
Chachalita: Siiiii ! yé lé sais! ma mère avait yaison, y'aurais dou épouser oune moutonne ils ont la laine plou souayeuch'
Juan Paco Lama : Trahisoune !!
Chachalita: Tou mé brise lé coeur Juan Paco Lama
Juan Paco Lama : Zé toi qui prend tout dé travers!
Chachalita: Comment och' tout dire cha pueblolito !! Tout brich' cé couple qui né pas oune couple!!
Juan Paco Lama : Ché né rien brisé dou tou !
Chachalita: Siiiii lamalito !! la confianch'!! enfin yé crois, yé souis pas soure!!
Juan Paco Lama : Té pas sour et tou mé fait oune scene! Chachalité tout divré avoir honte!
Chachalita: C'est ta faute pacolito! Yé soui perdou parce qué tou mé réyette!

 

La suite au prochain épisode...

Published by Larsma - dans Lamaroliste
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 11:46

1511006_990147794332057_419754480057544527_n.jpg

Destroy Your Enemy - First Blood
Autoprod' - 2015
Hardcore

 

Tracklist:

1- Terror Is Reality

2- MSP
3- This Is Not
4- Murder
5- Paper God
6- Riot
7- Cut Throat
8- Dead Walk

9- Ambush

 

C'est à la suite du groupe Bad Scape que Destroy Your Enemy voit le jour en 2011, à Calais. Avec l'arrivée de nouveaux membres quelques changements de line-up, le groupe parfois appelé DYE trouve enfin un peu de stabilité pour commencer à avancer serieusement. Aprés une première démo 4 titres chroniquée chez les copains de Yargla, les Destroy nous propose enfin un vrai album, un 9 titres sobrement appelé First Blood.
Enregistré en un temps record (seulement 4 jours) dans la région Dunkerquoise, First Blood comporte une petite dizaine de morceaux qui respirent la rage, la colère, une énergie certaine. Le chant d'Oliv' y est pour beaucoup à mon humble avis, dégageant une force aussi bien dans les paroles que dans la manière de les scander, de les marteler. Destroy Your Enemy officie dans un Hardcore à l'ancienne matiné d'une sauce thrash par ces riffs aggressifs et tranchants. La batterie est un élément des plus solides dans cet aspect HxC avec une inspiration puisée chez Biohazard ou plus récemment Hatebreed. First Blood défile à vitesse grand V, quelques petites choses étranges m'ont interpellé pendant l'écoute de ces 9 morceaux, mais c'est vraiment mineur, pas de panique donc.
Pour un premier essai, on devine clairement le travail effectué en amont dans la construction des morceaux qui n'ont rien d'attendu ou de téléphoné, bien au contraire ! Chose qui est plutôt atypique c'est que tout le monde au sein de DYE à "son droit à la parole" avec des breaks et passages basse-batterie nombreux comme une bouffée d'air avant de reprendre une gros dose de son dans les oreilles.


Pour ma part, un premier essai transformé et réussi surtout dans un délai d'enregistrement si court.

Published by Larsma - dans Lamamusique
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 18:11

Larsma Ier a à ses côtés depuis une dizaine d'années passées maintenant, son sbire Vinnie Popol. Ce sbire, ce serviteur de ses noirs desseins, toujours fidèle au poste est un batteur de batterie (eh oui, pas batteur à oeuf...). Peut être avez vous déjà entendu le discours du grand philosophe François Perusse au sujet des batteurs (si ce n'est pas le cas, c'est par ici que ça se passe) . Sa majesté Larsma Ier peut presque entendre parler de batterie chaque jour:  à table entrain de taper sur les verres et les assiettes, à taper du pied ou encore à la télé.
Dernière frasques en date (je ne parle pas de la sortie de l'abum de son groupe Destroy Your Enemy, cela fera parti d'une autre allocution lamatifiante), le visionnage d'un film apparu sur les écrans en 2014, de manière assez discrète d'ailleurs: Whiplash.

Je vois les métalleux déjà arriver avec leurs grosses rangers: non! ce n'est ni une chanson de Metallica, ou un groupe de thrash américain MAIS un morceau jazz du compositeur et saxophoniste Hank Levy.

 

 

Du jazz? oui vous avez bien lu! Ce genre de musique n'a jamais été le fort de l'Empereur Lamaesque, loin de là d'ailleurs. Mais parlons plutôt du film et l'on reviendra là dessus.

Whiplash donc est un film de Damien Chazelle, adaptation de son premier court métrage qui lui valu le Prix Du Jury du Festival De Sundance en 2013. Il racontre l'histoire d'un jeune batteur de Jazz, Andrew Nieman et son rêve de devenir l'égal de Buddy Rich. Elève au prestigieux Shaffer Conservatory de New York, Nieman est vite reperé par le redoutable et tyrannique Terence Fletcher. Ce dernier est un homme impitoyable avec ceux qui suivent ses cours allant du harcèlement moral à parfois pire, forcant ses élèves à se dépasser.
A force de travail, d'acharnement mais aussi de doute, Nieman tentera d'arriver à ses fins contre vents et marées avec Fletcher comme épée de Damoclès au dessus de la tête.

 

Les acteurs sont excellents, l'histoire axée sur Andrew Nieman, jeune homme timide qui se monte le bourrichon à en se faire détester et Terence Fletcher, le prof monstrueux à qui l'on ne peut rien cacher, ni casser le tempo sans représailles.

Qui dit, film centré sur le musique, dit bande originale. Et comme certains l'auront deviné, cette dernière est résolument Jazz. Du jazz qui swingue, qui fait taper du pied et qui n'a rien de la démonstration classique de talent.
C'est cette musique qui plonge dans le film, dans l'ambiance, dans les performances de batteur de Miles Teller qui arrivent à ne pas vous faire décrocher de votre écran.

Published by Larsma - dans Lamamusique
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 11:01

And-Everything-Returns-to-Dust.jpg

Netfastcore - And Everything Returns To Dust

DTTH - 2014

Metal-Deathcore

 

Tracklist:

1- Nothing But Bricks On The Wall

2- Mycenae

3- Augustus/The Eternal Realm

4- The Plot

5- The Laudanum Effect

6- The Fall

7- The Field Where I Died

8- Of Gold And Blood

9- Broken And Bruised

10- And Everything Returns To Dust

11- Legion Of Hopelessness

 

2015 commence plutôt bien en matière de sortie musicale, alors inaugurons l'année des petites chroniques sur le tas avec le premier vrai album de Netfastcore. Direction Boul' Beach donc (Boulogne sur mer pour les profanes) pour découvrir le successeur du maxi Chronics Of A Dying World.

Netfastcore est de mon point de vue, LE groupe de la Côte d'Opale. Celui qui fait parti (avec des groupes comme Howard ou Tronkh) de ceux que je ne peux pas m'empêcher d'aller voir dès qu'ils sont dans le coin. Bon! manque de bol, je n'ai pas pu me rendre au Mad Fest ce week-end à Calais, mais Vinnie Popol mon fidèle sbire m'a ramené un exemplaire du cd (et dédicacé en plus!). Je me rattraperai le 27 février, à l'espace de La Faiencerie, à Boulogne où ils feront la première partie de Black Bomb A.

Les Boulonnais écument la région et bien plus encore depuis des années avec cette même hargne, cette énergie, cette puissance. Un groupe qui sait rester humble, proche des ses fans et délivre un metal puissant et monstrueux abordant des thèmes tels que le pouvoir, une vision peu reluisante mais pourtant tellement lucide de l'humanité, la mort, le temps qui efface même les plus grands royaumes.

And Everything Returns To Dust augmente d'un cran encore dans l'intensité, dans la rage que dégagent chacun des morceaux. Un mur de son, des riffs d'une lourdeur implacable. Il y a cette ambiance si particulère au groupe, cette "douceur" (attention, y'a des guillemets !), cet aspect mélodique qui apparait au détour d'un break qui vous décrocherai la tête. Cette guitare plus nuancée qui vient se superposer sur la lourdeur ambiante. La patte Netfast' est reconnaissable entre mille avec ces nombreux backing qui appuient la puissance des textes.

Une prod' au poil, tout en force avec des titres qui s'enchainent sans vous laisser une minute de répit. La batterie vous martèle à coup de double, de fills et de break maitrisés. L'album respire la puissance, la maturité et le professionalisme.

J'attendais avec impatience sa venue depuis la première écoute de Broken And Bruised en guise de teaser, cette dernière d'ailleurs est l'un de mes preferées avec l'enorme Mycenae et The Fall.

Une question? Comment un chanteur épais comme un câble de frein peut avoir une cage pareille? Growls, chants hurlés, présence sur scène, Gauthier est un frontman des plus impressionnants.

 

Bref ! pour conclure en toute simplicité: ACHETEZ-LE! et rendez-vous à La Faiencerie le 27 février 2015, à Boulogne sur mer!

Published by Larsma - dans Lamamusique
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 17:10

Bonjour Visiteur, vos papiers sont en règles? parfait! (Oui, Pampaland cède aussi à la vague de paranoïa Française. Si vous êtes barbu, vous partez pas gagnant mais ça c'est une autre histoire).

Premier article pour fêter la reprise et j'avais envie par la même occasion d'inaugurer l'une des nouvelles catégories dédiée à Pampaland ou plus simplement mon coin de Pas De Calais que je n'échangerais que contre un petit bout du Pays Basque.
Voilà quelques mois j'ai découvert le travail de Julia, une dessinatrice originaire du sud de la France qui évolue sur Facebook sous le nom de "Dessine Moi Une Guimauve". J'ai tout de suite adhéré à son travail entre la BD classique et la patte un peu japonisante (ouais, bon je suis pas une spécialiste du domaine) et de fait j'ai voulu lui confier le projet d'un futur tatouage.

J'avais dans l'idée de faire un hommage très général à mon bout de Côte d'Opale dans lequel je grandis depuis presque 30 ans. Un endroit chargé d'histoire et de traditions toutes plus interessantes les unes que les autres quoiqu'on en dise. N'étant pas de la région, j'ai donc tenté d'expliquer en détail ce que je voulais voir apparaitre à notre talentueuse dessinatrice. En tout premier lieu, je voulais une Boulonnaise, vous savez ces matelotes avec leur "soleil" en dentelle, leur robe noire, les chales et surtout les dorlots, les bijoux d'or qu'elles aimaient arborer et qui se transmettent de mère en fille. Ces dorlots étaient offerts par la belle-famille et le futur mari.
Vous trouverez d'autres infos sur les dorlots sur ce site

 

Dans l'idée de marier la mer et la terre ce qui définit un peu la Côte d'Opale, je voulais des réferences aux différentes villes qui ont une importance personnelle. Le blason rouge et argent est celui d'Hesdin, ville où j'ai quasiment grandis, la première ville à dix kilomètres à la ronde mais qui recèle une histoire liée aux comtes d'Artois, les Ducs de Bourgogne et Charles Quint qui fit raser la première ville située à Vieil-Hesdin de nos jours, pour la rebâtir à sa place actuelle.
"Undis Et Arena" est la devise de Berck qui signifie "Par les Eaux et le sable" et "Fidelissima Pircadorum Natio" est la devise de la ville où je suis né: Montreuil/Mer. Une devise qui fut d'ailleurs octroyée par Henri IV en 1606 qui signifie "La plus fidèle des nations Picardes".

 

Alors qu'est ce que ça a donné?
10389064_761863057236153_7657948296223777729_n.jpg

Pile poil ce que je voulais!
Ma commande arriva quelques jours plus tard, bien protegée et elle fera un petit voyage jusque Rouen pour parler à la tatoueuse chez qui j'ai mes petites habitudes désormais.

Published by Larsma - dans Pampaland
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 20:58

ban.png
Chers visiteurs de Pampaland et autres clandestins en quête d'une monde bierifiant.

 

Il s'en est passé des choses depuis la dernière fois que je suis venu dans cet endroit faire acte de ma magnifique présence.C'était en 2009, je me souviens!

Aprés des années de repli sur soi, un gros ménage dans les archives désormais classées Secret Défense, Pampaland se réveille dans un toute nouvelle optique.

Comme vous l'aurez remarqué, vous êtes toujours sur metal-area, premier nom du royaume dont j'ai pris possession et bouté son occupante. Rebaptisé Pampaland - Massive Sound, cette nouvelle entité permettra de parler de tout, de rien mais surtout de rien.

En effet, Pampaland abordera un peu plus de sujet mais toujours en accord avec mes gouts personnel, idées et humeur (c'est moi l'Empereur  après tout ! ). Cependant, c'est un espace de discussion ouvert à tous, je sais me montrer magnanime.

 

Lamamusique continuera dans la veine de Métal-Aera. Vous y trouverez des Chroniques, des vidéos ou playlist et autres articles en rapport avec le rock, le métal et tout autre genre qui m'aurait séduit les oreilles pour une raison ou une autre.

 

Lamaroliste est le premier nouveau territoire de Pampaland. En effet, l'Empereur Larsma est un roleplayer depuis maintenant quelques années, un GNiste récent mais aussi dès qu'il en a l'occasion de JDR et autres jeux de rôles rédigés ou non. Loin d'être expert dans ce dernier domain, sa seigneurerie proposera à l'occasion, des créations rolisitiques, sa vision des choses sur le RP et autres joyeusetés.

 

Lamadujour est un territoire situé au sud du Lamaroliste et qui regroupe tout les articles d'humeur quelques soient le thèmes. Quelque chose met sa seigneurerie en joie? de mauvais poil? vue ou entendue quelque chose qui a retenu son attention et bien vous serez peut être dans la confidence.

 

Lamaspotter est un territoire situé dans l'espace aérien de Pampaland. Sa majesté Imperiale travaille dans l'aéronautique et à parfois l'occasion de voir passer de beaux engins volants se poser face à ses appartements de travail. Larsma 1er est un spotter du dimanche, mais spotter quand même et partagera ses observations et autres petites joyeusetés aéronautiques.

 

Lamadivers est un territoire hostile, recouvert d'articles divers et variés, vraiment inclassable jusque là.

 

Pampaland est un peu la vitrine du royaume, les plus beaux monuments et paysage des terres de notre grand Empereur Larsma 1er

 

Il n'y aura pas de fréquences dans la publication des articles, ça viendra comme ça, au gré de ma motivation, de l'idée du moment ou tout autre paramètre purement lamatifiante.

Que vive Pampaland, bière, Coca et alpaga!!

Published by Larsma - dans Lamadivers
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 16:33

http://media.paperblog.fr/i/243/2438385/them-crooked-vultures-lalbum-17-novembre-L-1.jpeg

Them Crooked Vultures

Rock/Stoner

2009

Sony


-No One Loves Me & Neither Do I

-Mind Eraser, No Chaser

-New Fang

-Dead End Friends

-Elephants

-Scumbag Blues

-Bandoliers

-Reptiles

-Interlude With Ludes

-Warsaw or the First Breath You Take After You Give Up

-Caligulove

-Gunman

-Spinning in Daffodils


Y'a pas à dire 2009 aura quand été une année bien pourrie et dans tout les domaines à part peut être dans la musique hormis Mickaël Jackson et Johnny Haliday (ah! On me dit dans l'oreillette que finalement il est pas encore mort).

2009 est vraiment pourri!!!

Mais dans cette ambiance morose quelques albums ont quand même éclairé ma petite vie de riffs monstrueux et de métal sympathique. Entre le nouveau Rammstein et Megadeth, l'excellent Crack The Skye de Mastodon, le dvd live d'Annihilator et ce que je vais vous présenter là, j'ai de quoi être ravie.


En effet, voilà un disque qui passe en boucle chez moi sans que j'arrive a m'en lasser. C'en est même horrible car les chansons me suivent partout, jusqu'à les chanter limite à voix hautes au travail. Voilà le super-groupe de l'année, bon je ne veux pas entendre le pourquoi du comment de cette formation plus que géniale parce que y'a toujours des mauvaises langues partout, moi ce qui m'intéresse c'est l'album sorti chez nous il y a quelques semaines.

Je vous parle donc de Them Crooked Vultures! crée par le géant roux Josh Homme (QOTSA,Eagles Of Death Metal, ex-Kyuss), Dave Grohl (ex-Nirvana,Probot,Foo Fighters) et Monsieur John Paul Jones (je dois vous préciser ses groupes ou ca va aller? ). Oui oui vous avez bien lu! Mais alors qu'est ce que ca peut donner ce genre de groupe, et ben un mélange de Stoner, de rock planant venu direct des 70's mais parfois aussi bien couillu.


Le premier titre No One Loves Me & Neither Do I  introduit l'album, on y entend donc un rock un peu barré, lent aux rythmes improbables et aux riffs lancinants. Bon ca part un peu mollasson mais à la moitié du titre, vous vous prenez un mur de disto aux guitares lourdes en pleine tronche.

On voit que Josh Homme s'occupe de la guitare et du chant, que Grohl se trouve à la batterie (Alleluja!!) et John Paul Jones à la basse (logique) mais il s'occupe aussi des arrangements et claviers disséminés un peu partout sur le titre. C'est lui qui rajoute cette touche psyché sur l'album avec un titre comme <b>Caligulove</b> et c'est du plus bel effet, ca change faut dire!

On bouge la tête sur Gunman au relents funky/disco géniaux, et on y découvre une autre facette du jeu (très puissant) de Grohl.

La patte Homme n'est pas en reste comme sur Mind Eraser, No Chaser ou Dead End Friends avec le son typiquement vintage d'un QOTSA bien senti, ça sent le désert et les crotales dans les parages!


Bref un très bon album, vraiment bon même si le rapprochement avec QOTSA est fait sur certains morceaux en particulier à cause de la voix de Homme.

Ça s'écoute d'une traite, les morceaux sont prenants et énergiques, pour vous mettre de bonne humeur rien de tel!

Mais on peut quand même attendre une plus grande liberté des musiciens par rapport à leur groupes respectifs car les influences de ces derniers sont quand même bien trop présentes.

 

16/20

Published by Lars - dans Lamamusique
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 13:21

http://imalbum.aufeminin.com/album/D20070922/342725_WSQRXSHJ52GL6INMDCBK73LCBXRPKC_rammstein-logo_H161901_L.jpg

Set List:

Rammlied

B*******

Waidmanns Heil

Keine Lust

Weisses Fleisch

Feuer Frei

Weiner Blut

Fruehling In Paris

Ich Tu Dir Weh

Liebe Ist Fur Alle Da

Benzin

Links 2 3 4

Du Hast

Pussy

Sonne

Haiflisch

Ich Will

Engel


Rammstein et moi, c'est une histoire d'amour qui dur depuis maintenant 10 ans. J'ai découvert ce groupe avec la BO d'un de mes films préférés: Matrix et la chanson Du Hast sur l'album Sehnsucht, on est en 1999. La petite Schizo est au collège son baladeur sur les oreilles à se repasser que cette chanson de la BO en boucle et ce n'est qu'en 2009 qu'elle a pu enfin voir ce groupe qui ne la quitte quasiment plus.

J'ai bien failli la louper cette satanée date, mais le dieu des CDD non renouvelé m'a entendu et je quittais Calais toute guillerette mardi direction:Paris!!

Il est 17h quand nous arrivons aux portes de Bercy, pas mal de monde déjà présent mais c'est pas grave, ce soir la fosse ne m'intéresse pas. En effet, un concert comme celui-là, je voulais en profiter pleinement, peinarde dans les gradins avec une vue au poil, j'ai réussi mon coup!

Il est 18h passé, les portes s'ouvrent et on entre au compte-gouttes...sous les gouttes, eh oui! On sera harcelé pendant toute notre attente par cette horrible pluie parisienne qui se glisse partout, Brrr...


Nous voilà dans Bercy, dans les gradins avec ma vue au poil de la scène, on ne pouvait rêver mieux! L'attente passe vite en fait, on discute de la set list, on fait la holà avec les milliers de spectateurs présents et soudain les lumières s'éteignent, une clameur monte, la première partie commence.

Combichrist ouvre donc le bal de cette soirée placée sous le signe de l'Indus', les Norvégiens officient dans un indus' plus orienté vers l'EBM et l'élèctro-goth. Pas de guitares mais deux batteurs, le clavieriste-sampler et le chanteur, j'étais pessimiste quant à cette première partie mais dés le premier titre All Pain Is Gone, on bouge la tête sans s'en apercevoir. Leur dernier album We Are All Demons est à la fête, ça bouge, les oreilles prennent le plein de bass-beat, les zicos se déchainent, le chanteur occupe la scène. Le son est très bon, pas brouillon pour deux sous, le set se passe sans accroc, on a pas le temps de s'ennuyer (le drumtech non plus, le malheureux a dû ramasser une dizaine de fois les toms du batteur). Une agréable surprise et une bonne claque pour commencer d'entrée ce concert, si ils viennent à repasser dans les parages, je me déplacerai à coup sûrs!

Le set de Combichrist est passé si vite tellement on était pris dans cette déferlante éléctro, les lumières se rallument, les roadies déchargent la scène. On aperçoit que la place pour R+ est coupée par un immense panneau noir, on discute 10minutes puis les lumières font place à l'obscurité. Cette fois ça y est, voilà 10 ans que j'attends ça! Une musique monte, le panneau commence à voler en morceau à deux endroits, on aperçoit Richard et Paul entrain de taper de temps et de monter sur scène, Bercy tremble et hurle d'une seule et même voix. Un rond se découpe au centre et Till apparaît en donnant un coup de pied dans le panneau, les premiers riffs de Rammlied montent, ENORMES!

Till entame le RRRRRRAM....STEIN que Bercy reprend en cœur, le chanteur à une boule dans la bouche qui s'éclaire quand il chante (je me pose encore la question de savoir comment il a fait). Le son des guitares tirent trop dans les aigus sur ce premier titre mais le tir est vite corrigé, Doom frappe son kit comme un dingue, Oli l'imperturbable avec son bonnet sur la tête distille ses lignes de basses que l'on entendra pas des masses quand même pendant le concert.

Les titres s'enchaînent sans nous laisser une minute de répits, oui le groupe n'est pas du genre à faire une pause parlotte entre chaque morceaux, de l'action que diable!! B******* suit donc, le son massif de Rammstein n'est pas une légende et leur précision sur scène ne l'est pas non plus! Quelques pains traîneront par ci par là, ce qui pour moi est normal dans une prestation live, mais en dehors de ça les morceaux ne bougent pas d'un iota et ce soir Liebe Ist Fur Alle Da est à l'honneur. Les cors de chasses résonnent dans l'antre parisienne et Waidmanns Heil écrase tout sur son passage, la fosse se déchaine, les premiers effets pyrotechniques font leur apparition dans le dos de Paul, Till et Richard avec une synchronisation sur la musique impressionnante. Les lumières sont magnifiques, R+ a sorti le grand jeu à coup de laser vert, de projo en forme de croix Rammsteinienne, des ventilo descendent de la scène parée d'un fond zébré changeant de couleur au fur est à mesure du set. De grandes colonnes de lumieres situées derrière Doom font l'effet d'un déqualifier calqué sur le chant de Till, non seulement on en prend plein les oreilles mais aussi pleins les yeux.

On retourne dans le temps l'espace de quelques titres avec Keine Lust et ses jets de fumées, mais aussi l'énorme Weisses Fleisch, Weiner Blut se lance à la suite.

On y voit un Till assis prêt d'une lampe retro, un poste grésillant l'introverti du titre sous forme de valse autrichienne, le chanteur finit par l'éclater en morceaux, des poupées sont suspendues rendant l'atmosphère encore plus glauque que ne l'est déjà Weiner Blut se balancent et finissent par exploser à la fin d'un des morceaux les plus sombre que R+ ai composé.

Bercy chantera le refrain de Fruehling In Paris sous l'air impressionné des membres, comme sur Du Hast où Till n'a même plus besoin de chanter

Flake aura son moment de gloire quand sur Ich Tu Dir Weh, Till le cognera dans une cuve et l'aspergera d'étincelles, le tout grimpé à un peu de 5-6metres de haut. Le clavieriste maigrichon en ressortira tout brillant, habillé d'une tenue pailleté et finira le concert en marchant sur un tapis roulant.

Les Allemands sont quand même de grand malades car sur Benzin, tout le monde a crû que le pire était arrivé quand un énergumène se présenta sur la scène a faire le zouave et passer devant Till ou celui ci manipulait un lance-flammes. Le malheureux s'embrasa, des roadies l'aspergèrent grâce à un extincteur, ce qui pour ma part me refroidi quand même, tellement cela fut impressionnant, mais bon c'était prévu, nos 6 rigolos ayant fait le coup à d'autres compatriotes.

Le concert passe si vite que nous voilà déjà presque au rappel après un Pussy génial où Till aspergera le premier rang grâce à un canon à mousse à la forme plus que douteuse vous vous en doutez.

Mutter clôturera donc ce concert avec Sonne et Ich Will repris par tout le monde sur le refrain et viens MA chanson pour le terminer définitivement: Engel!

Till monte sur scène avec d'immenses ailes dans le dos, un ange aux allures de bodybuilders quand même. Ces mêmes ailes projetant des flammes dont la chaleur nous parvient, un spectacle magnifiques que nous avons eu là avec des musiciens au top et un frontman comme je n'en ai jamais vu auparavant.

Ce concert est pour moi le meilleur que j'ai dû faire jusqu'à présent, beaucoup d'images se bousculent dans ma tête et je peux déjà vous dire que je serai présente, cette fois sur mes terres, au Main Square Festival d'Arras pour les voir une seconde fois!


Published by Lars - dans Lamamusique
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:34


2009 aura été une année riche en changements et bouleversemnents en tout genre, et la musique n'y coupe pas, Rammstein eux s'y mettent en plein dedans!
Voilà presque 15 ans que les teutons les plus connus du metal nous distillent leur musique froide, martiale, nous martèlent les tympans de riffs impossibles à arrêter. Un Herzeleid électronique, un Sehnsucht froid et mécanique, un Mutter épique, mais depuis ben...pas grand chose. Le soufflé métallique est retombé bien vite avec Reise Reise moyen et un Rosenrot des plus bof !
Je vous avouerai donc qu'avec ce Liebe Ist Fur Alle Da (LIFAD pour la suite) je n'y croyais plus vraiment même avec les promesses d'un retour aux sources annoncése par les membres du groupes.
Mais la p'tite étincelle Rammsteinienne s'est rallumée à l'écoute d'un titre éponyme lâché dont ne sait où et je me suis dit clairement « C'est pas possible!! » et ben si !
Bon ok fini le rythme martial à la Links 2,3,4 mais place à une lourdeur jamais entendu chez les Allemands.
Je vous parlais de changements et bien y'en a eu et pas qu'un peu ! Bon je vous épargne la découverte du clip "Pussy" et mes crises de rires et de reflexion (détrompez vous ce n'est pas un simple clip porno). Au fur et à mesure que des titres nous sont offerts dont "Pussy" et "Rammlied" j'ai commandé illico presto une belle version de ce qui est leur 6ème album.
Je le reçois le jour même de la sortie, l'ouvre et déjà niveau packaging rien à dire. C'est bien présenté et les photos teintées d'un style 19ème assez glauque sont superbes.
Liebe Ist Fur Alle Da signifie 'L'Amour Est Là Pour Tous », Till aborde de nouveau son thème de prédilection pour ses textes : Les relations entre Humains et là vous l'aurez deviné, ça parlera des relations amoureuses mais dans des contextes bien loin des trucs gnian-gnian à la Plus Belle La Vie,
La musique de
Rammstein a pris un nouveau tournant (et c'est flagrant) grâce au jeu de batterie dont Schneider nous gratifie, fini les rythmes de machines ! Doom nous explose les tympans avec un jeu nuancé, puissant, technique et utilise à son grè la Double Grosse caisse comme jamais. Les riffs de Paul et Richard n'ont pas bougé d'un iota pour notre plus grand plaisir, à nous la déferlante de saturations lourdingues comme sur sur "Waidmaans Heil" ou encore "Liebe Ist Fur Alle Da", Oli et ses imperturbables lignes de basses et j'ai un scoop à vous annoncer : Flake n'est pas mort ! Le clavieriste maigrichon resté en retrait depuis Reise Reise faits son come-back avec dans sa besace des ambiances malsaines et electro que l'on pourra entendre sur le titre "Haiflisch" !
Et oui changement d'ambiance aussi, l'indus froid des débuts laisse place à un indus sombre, très sombre glauque et dérangeant comme l'en atteste "Weiner Blut".
Till nous expose l'amour sale, humiliant et dégradant dont peut faire preuve l'Etre Humain, le manque de respect pour ses congénères, ce que l'Homme est capable de faire pour assouvir ses pulsions, quand on lit les paroles d'"Ich Tu Dir Weh" on comprend.

Cette album dixit Richard Kruspe a été créé dans la douleur, mais quel album ! Pas une minute de répit, peut être que "Fruhling In Paris" et son refrain en Français aurait pu être placé vers la fin de la tracklist avec la superbe ballade "Roter Sand" et ses nappes orchestrales. Till n'a jamais chanté si bien, en passant d'une voix enragée comme sur "B*******" à une voix superbe dans les breaks de "Waidmanns Heil" ou "Ich Tu Dir Weh".
Pour ma part je pense que
Rammstein a signé son grand retour !

18/20
Published by Lars - dans Lamamusique
commenter cet article
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 10:50

Ayé!!! le Trivium nouveau est arrivé!!!!
Décidemment, coté heavy/thrash on est gâté en ce moment surtout après la sortie du nouveau Metallica.
Bon OK, ils sont Américains (je précise au cas ou on aurait des tatillons dans le coin) mais le Japon tient une place importante dans Trivium.

de gauche à droite: Paolo Gregoletto (Basse), Matt Kiichi Heafy [Guitare/chant), Corey Beaulieu (que j'ai pu interviewer l'année derniere, Guitare,Backing) et Travis Smith (Batterie).

Donc voilà la chronique du petit dernier, ca vous plait pas? z'avez qu'a écrire des propas!! (ce n'est pas destiné a tous rassurez vous ^^)


*La pochette

Les Infos
Trivium est sorti donc le 29 Septembre chez nous sur le célèbre label metal Roadrunner. Je le classerai dans un style Thrash avec le retour de touches Metalcore abandonnées pendant The Crusade son prédécesseur.

La Tracklist
1. Kirisute Gomen
2. Torn Between Scylla And Charybdis
3. Down From The Sky
4. Into The Mouth Of Hell We Marsh
5. Throes Of Perdition
6. Insurrection
7. The Calamity
8. He Who Spawned The Furies
9. Of Prometheus And The Crucifix
10. Like Callisto To A In Heaven
11- Shogun


La chronique
Shogun est donc le quatrième album studio des Américains. Je ne sais pas comment ils ont fait pour s'enregistrer après la tournée énorme qu'ils ont réalisé pour la promo de The Crusade (j'ai du les voir 3 fois en l'espace de quelques mois pendant cette tournée).
Bref toujours est il que j'ai été agréablement surprise en tombant par hasard sur les vidéos de l'enregistrement en studio sur Youtube, et je me suis dit "Chouette!! on va pas attendre 8 ans comme avec AC/DC!!".
Le 29 septembre est arrivée, et le 29 septembre le CD était à la maison!
Quand je disait que le Japon a une grande influence sur le groupe je ne mens pas quand on voit la pochette de l'album, l'artwork à l'interieur, le titre de la galette, celui d'un des morceaux et surtout la nouvelle gratte signature du chanteur:

La Dean MKH Rising Sun de Matt Heafy

Je pencherais pour un retour aux sources pour Matt, Japonais de souche, pas vous?
Allez trêve de bla,bla!!
L'album commence avec Kirisute Gomen, mon dieu!mon dieu! ils se sont lachés les loupiots là! fini les tendances heavy des années 80 de The Crusade, on a le droit à un Thrash/Metalcore des années Ascendency avec des riffs implacables, un son puissant, des plans de batterie génialissime (si Smith n'a rien cassé sur son kit, je comprend pas) et l'apparition d'une nouvelle influence  plus extrême penchant vers le death à certains moments de l'album. En effet, l'ajout de riffs en shred (des riffs de guitare ultra-rapide) et d'une voix quasi-gutturale dénotent cette nouvelle tendance dans la musique de Trivium.
Les titres sont toujours aussi accrocheurs comme avec Into The Mouth Of Hell We March, des riffs aux sonorités asiatiques sur Throes Of Perdition ou encore Of Prometheus And Crucifix, des titres puissants qui prennent une dimension épique avec Shogun. Le chant de Matt est revenu "à la normale" aprés avoir tenté l'imitation de James Hetfield (Metallica pour les incultes XD) sur le précédent album, elle véhicule beaucoup plus de choses, le mec à muri ça s'entend, on peut percevoir de la colére comme sur Down From The Sky qui traite des differentes guerres, de la religion et de l'arme atomique ou encore de la melancolie sur The Calimity, c'est sur ce titre que la superbe voix de Heafy prend son essort!

Conclusion??
Un album E-NOR-MEUH!!!!! un retour à leurs sources dans tout les sens du terme, on a les titres dans la tête toute la journée, à leur écoute personnellement j'ai ressenti ce que leur musique essaye de vehiculer, c'est à dire une tristesse et une colère immense face aux désastres que l'Humanité se cause à elle même et à ce qui l'entoure.

Mes titres
Down From The Sky
The Calamity

Discographie
Ember To Inferno
Ascendency
The Crusade
Shogun

http://fr.youtube.com/watch?v=EApnhO2OIrw
une vidéo de Shogun: Down From The Sky

Published by Lars - dans Lamamusique
commenter cet article

Présentation

  • : Pampaland - Massive Sound
  • Pampaland - Massive Sound
  • : Bienvenue à Pampaland, le pays merveilleux de l'Empereur Larsma 1er. A travers ses plaines pampifiantes, ses cascades bierifiantes, l'Empereur Larsma vous dévoilera son petit monde de métal, de roleplay, d'humeur et bien d'autres joyeusetés.
  • Contact

Recherche